L’énergie renouvelable est-elle plus cher en France ?

travaux de rénovation
Énergie renouvelable

L’énergie renouvelable est-elle plus cher en France ?

Comment trouver qui produit les énergies renouvelables ?

Plus de trois quarts de la population française opte pour l’intégration et l’utilisation de l’énergie renouvelable chez eux. Permettant le développement de bon nombre de petits fournisseurs locaux dans ce domaine. Greenpeace a alors publiée en novembre 2019 un guide renouvelable des fournisseurs d’électricité en France afin de distinguer les vrais (renouvelable) des faux. En 2018, on peut relever près d’une trentaine de fournisseurs d’électricité actifs en France qui propose des offres « renouvelables » mais derrière ces offres se cachent souvent de l’électricité provenant d’énergie fossile, de gaz ou encore du nucléaire.

Greenpeace développe une méthodologie basée sur trois critères afin de classer et comparer les fournisseurs en électricité.

Tout d’abord, il faut connaître les capacités en mégawatt (MW) de production renouvelable et non renouvelable des fournisseurs. Il s’agit de savoir si les fournisseurs utilisent des énergies renouvelables pour produire de l’électricité ou s’ils utilisent d’autres types d’énergies moins propres qui produit des déchets dangereux pour l’environnement. Puis, savoir la source de provenance de l’électricité fournie par le fournisseur. Cela permet voir si le fournisseur favorise l’achat auprès des petits producteurs renouvelables ou s’il favorise les grandes industries. Et enfin, l’ONG cherche à déterminer le degré d’investissement du fournisseur dans les énergies renouvelables. Il est important de savoir si l’investissement est à long terme ou non.

D’après ce classement, on constate que bon nombre de petits fournisseurs s’investissent énormément dans les pratiques écologiques tandis que d’autres beaucoup moins comme les géants européens de l’énergie.

En tête de liste des fournisseurs les plus renouvelables et qui est recommandé, on retrouve Planète Oui et Mint Énergie les deux fournisseurs français d’énergie entièrement renouvelable. Ils sont également suivis de Urban Solar Energy et Plüm Energie. Toutes ces entreprises ont un point commun, ils cherchent à développer, exploiter et révolutionner le modèle énergétique français dans le monde entier.

{{cta(‘3ba37499-649c-49ee-acde-b6536b82c94b’)}}

 

Les tarifs réglementés d’électricité sont fixés par les pouvoirs publics.

Chaque année, le gouvernement publie un arrêté qui fixe les conditions et les barèmes des tarifs réglementés après avis de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Ces tarifs évoluent généralement tous les ans pour l’électricité, et tous les mois pour le gaz. Les prix fixés doivent tenir compte de plusieurs éléments, notamment les impôts de l’électricité (c’est-à-dire la taxe d’électricité) qui permet de payer les différents frais d’acheminement.

Les principaux opérateurs qui proposent les offres en tarifs réglementés de vente (TRV) sont EDF (pour l’électricité) et ENGIE (pour le gaz naturel) ainsi que les ELD (Entreprises Locales de Distributions qui assurent la distribution d’électricité ou gaz sur un territoire déterminé), on les considère comme des opérateurs historiques.

Avant 2007, le tarif réglementé était la seule offre possible mais après l’ouverture du marché à la concurrence, les fournisseurs historiques comme EDF partage désormais le marché de la fourniture d’énergie avec d’autre fournisseurs alternatifs comme Planète Oui, Total Direct Énergie, Vattenfall…. En parallèle du tarif réglementé, on trouve les tarifs de marché qui eux sont fixés librement par le marché en fonction de l’offre et de la demande sur ce dernier. Et les offres tarifaires sont proposés par les fournisseurs alternatifs généralement mais les fournisseurs historiques peuvent également les proposer. En général, le prix de ces offres du marché tiennent comptes d’un certains nombres de coûts que le fournisseur doit supporter comme le coût d’approvisionnement, des infrastructures et de la commercialisation. Le prix des offres prend également en compte le prix du kWh, de l’abonnement d’électricité ou de gaz qui dépend de la puissance souscrite par le client.

 

Quel sont les différents éléments qui compose le prix total de notre électricité ?     

  • La production (la phase de transformation de la source d’énergie en électricité) : 31%
  • CSPE (les taxes et contribution au service public de l’électricité), elles sont fixées par l’État : 31%
  • L’acheminement par le gestionnaire de réseau (le réseau ENEDIS), c’est transporter l’électricité du lieu de production jusqu’au lieu de consommation grâce aux réseaux publics d’électricité : 30%
  • La commercialisation par le fournisseur, c’est celui chez lequel le client va faire la souscription et la gestion de son contrat de fourniture électrique : 8%

 

L’eau de pluie, nouvelle source d’électricité à exploiter.

Les énergies renouvelables que nous utilisons aujourd’hui proviennent toutes de sources naturelles. Pourtant l’homme n’a pas encore exploité toutes les ressources existantes. On peut prendre le cas de l’eau de pluie une potentielle énergie exploitable. En effet, chaque année des milliards de litre d’eau plus tombent sur notre Terre mais ne sont pas exploités.

Des études ont révélé que l’eau de pluie en tombant peut créer de l’énergie électrique. L’énergie générée est appelée énergie cinétique cela est liée à la chute de gouttes d’eaux provoquée par la gravité. Les chercheurs ont démontré qu’une goutte de pluie pouvait permettre à une centaine de LED de s’allumer sur un temps donné.

De ce fait, une jeune azerbaïdjanaise de 15 ans, Reyhan Jamalova décide d’entreprendre un projet avec ses professeurs « Rainenergy » un dispositif qui permet de générer l’électricité en utilisant l’eau de pluie comme source principale.

Si on regarde d’un point de vue de décarbonations, l’énergie générée par l’eau de pluie provoque une émission de CO2 très faible. Il émet que 10g de CO2/kwh, il émet donc moins que l’éolien (11g de CO2/kwh) ou que le nucléaire (12g de CO2/kwh).

En quoi consiste le dispositif Rainenergy ?

C’est un appareil mesurant 9 mètres de hauteur et se compose de 4 parties : Tout d’abord un collecteur d’eau de pluie, puis d’un réservoir, d’un générateur et d’une batterie. Même si le projet n’est encore qu’à l’étape de prototype, l’objectif de la jeune fille est de permettre aux personnes vivant dans des endroits auxquels ils ont difficilement accessibles à l’électricité comme dans les pays très pluvieux comme l’Inde ou la Philippine.

 

{{cta(‘3d71462b-1f40-452b-852a-ca07d46fde6e’)}}

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.